INOVAGRO: vecteur de compétitivité des entreprises de l’agro-transformation.

Une réponse aux problématiques de développement des entreprises martiniquaises

Le secteur de l’agro transformation en Martinique se positionne comme un secteur très porteur avec une dynamique entrepreneuriale soutenue mais de fortes contraintes sont à lever pour gagner en compétitivité dans les TPE et PME :

  • Avec la diversification des productions, le marché local s’est développé au détriment du marché export dont on a observé un déclin puisque essentiellement centré sur les produits traditionnels : rhums et sucre. Parallèlement, nos entreprises souffrent d’une concurrence très importante des produits importés qui les fragilise considérablement sur leurs propres marchés.
  • La localisation géographique de nos entreprises et l’éloignement des centres d’approvisionnement amènent des surcoûts importants pour l’achat des ingrédients, des emballages mais aussi des équipements de production. La difficulté de mise en place d’un service après vente fiabilisé constitue une faiblesse indéniable pour l’équipement productif : pannes subites, surcoût d’intervention…
  • L’étroitesse du marché local constitue une difficulté supplémentaire pour l’acquisition d’un outil de production adapté. De nombreuses entreprises sont équipées d’équipements polyvalents ou sur dimensionnés.
  • L’éloignement des compétences « métiers » rend difficile et couteuse la mobilisation de prestataires spécialisés sur le territoire. Ce sont des freins que rencontrent souvent nos entreprises lorsqu’elles souhaitent acquérir de l’expertise pour renforcer leurs compétences ou engager des actions visant à accroitre leur compétitivité.

Dans le contexte de mondialisation économique actuel, il devient indispensable pour nos TPE et PME de rechercher de la performance économique en se positionnant avec des productions de qualité sur les marchés caribéens et internationaux et d’assurer parallèlement la pérennité de leurs activités déjà ancrées sur le territoire martiniquais.

Aujourd’hui leur force réside dans cette capacité à créer de nouvelles productions adaptées au marché local et à capter des niches de marché à l’export. Un premier niveau d’objectifs est visé avec le marché régional du fait de sa proximité géographique puis l’international avec le marché européen visé prioritairement.
Elles peuvent déjà compter sur de sérieux atouts dont la qualité et la typicité de leurs productions et savoirs faire et l’évolution des tendances de consommation vers la recherche de produits terroirs.